FORME INFORME

Sujet de PAV

Tandis que la forme est un ensemble de traits caractéristiques, l’informe est ce qui n’a pas de forme définissable. A partir de quand peut-on définir la forme ?

Le surplus, l’excès et la surabondance de plastique engendrés par les activités humaines engendrent des marques et des traces. Des marques qui, au fil du temps deviennent poreuses et lacunaires. J’ai orienté ma démarche autour de la nature et de ces marques dues à l’activité humaine. J’ai développé ce fil conducteur qui m’a orienté vers la représentation du plastique à l’état figé. La forme est représentée dans mon travail comme la pollution plastique à l’état intact déposé par des enchainements de circonstances dans la nature. L’informe serait en parallèle à la forme comme une étape, celle de la transformation et le moment où l’on ne peut plus reconnaitre l’objet plastique en question à cause de sa décomposition qui était auparavant définie par sa forme. La forme et l’informe m’ont permis de montrer la nature reprenant ses droits sur la pollution au fil du temps

Dans une idée d’exposer un problème plus actuel en rapport avec la pollution, j’ai pu exposer le masque chirurgical comme une marque. J’ai donc ensuite créé des impressions montrant l’accumulation de masques comme l’utilisation abusive d’un objet jetable non durable.

Les différentes couleurs transcrivent des évolutions temporelles, l’historique et l’histoire du déchet et de son chemin parcouru qui le transforment physiquement comme expérimenté avec un sac plastique. J’ai pu créer des impressions avec un sachet plastique où l’on peut distinguer son anse, celle-ci représente la forme et l’inverse, là où la anse est absente, l’impression représente l’informe.

J’ai ensuite « extrait » ces rainures pour en créer un pochoir et pouvoir exprimer ce plastique sur d’autres supports et ainsi montrer un mouvement dans le plastique laissé à l’abandon. Le pochoir représente la simple marque et la réutilisation du pochoir montre que la marque peut être présente à plusieurs endroits comme pour dire que ces marques sont trop présentes.

Après l’utilisation du pochoir, on peut voir apparaître des mouvements très amples de décomposition semblables à des mouvements d’eau sur les impressions. Comme si le plastique se décomposait dans de l’eau en mouvement et se confondaitni avec celle- ci. Le jeu du pochoir m’a aussi fait ressortir des impressions de « positifs » et de « négatifs » du sac plastique avec les rainures de ce dernier.

Le moule en plâtre représente plus concrètement l’état figé de l’évolution de la marque sur la terre du plastique mais en volume. Il s’agit ici d’un ancrage physique moulant l’empreinte en volume de la pollution laissée dans la nature. Les couleurs sur ce dernier représentent plus concrètement des résidus plastiques.

Ce moule m’a permis de réaliser ensuite une impression en 3D : J’ai d’abord créé un sachet plastique transparent dépourvu de couleur pour mieux y voir les rainures. Et ensuite j’ai moulé ce sachet plastique au moule en le chauffant ce qui à eu pour effet de le figer à la forme du moule.